Message de Monsieur le Maire

"Suite à différentes plaintes de la population et pour l'avoir moi-même constaté, il y a manifestement une recrudescence de chiens en liberté sur le site de l'étang de la Peupleraie, malgré l'affichage demandant une tenue en laisse.

Par conséquent, j'ai demandé un passage régulier de la gendarmerie et une verbalisation en cas d'infractions.

Je demande également à toute personne constatant un délit de se manifester en mairie. Il est regrettable que la négligence de certains pénalise l'ensemble. Ce site de la Peupleraie doit rester un lieu de convivialité où chacun doit avoir sa place, dans un environnement agréable et sécurisé".

Sites touristiques

Chapelle Saint-Yves

Datant du 15ème siècle, la chapelle est dédiée à Saint Yves, défenseur des pauvres et orphelins et qui devint le patron des avocats. Dès 1581, les habitants décidèrent de faire d’importantes réparations sur une partie de la chapelle. Cependant, par manque de moyens, le vitrail à l’arrière de l’autel n’est pas remplacé et l’ouverture est murée.

Dans son testament en 1719, le vicaire Yves Lusse demande qu’une partie de son héritage soit utilisée pour nourrir les malades et les nécessiteux. L’autre partie de son héritage doit servir quant à elle à installer un hôpital dans la chapelle.

Située rue Saint-Yves


Collège Sainte-Anne

Ce collège était auparavant un couvent, construit en 1884 par les Sœurs de Saint-James, dans un but de fonder une maison de formation pour les sœurs. La bâtisse a été construite grâce à l’apport de l’une d’elles, qui était très fortunée. Mais la construction, trop ambitieuse n’a jamais aboutie. La chapelle n’a donc pas été achevée.

Le collège a ouvert ses portes en 1959.

Situé rue du Pavillon


Croix gothique

La croix datant du 16ème siècle, est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Le fût, disposé sur un petit socle, est décoré à la base par un bas relief : la Vierge couronnée. Sur les faces latérales figurent deux blasons dont un à coquille.

Située rue du Val


Eglise abbatiale de la Sainte-Trinité

L'église de la Trinité-Porhoët est un des trois sites phare du canton du Porhoët. Autant dire qu'une visite s'impose.

Située dans le bourg

En savoir plus...


L'étang de la Peupleraie

Contenu en attente de MAJ


Ferme des Trois Croix

Cet ancien manoir, transformé en ferme, est particulier par son unique lucarne et le jambage en bois qui pare les ouvertures.

Deux calvaires et une croix sont en bord de route : l’un des deux calvaires est daté de 1418 et est gravé sur les 4 faces en l’honneur de Saint Vincent Férier qui exerça une mission en 1417 à la Trinité Porhoët. Pendant la révolution, ces croix furent enterrées puis remises à leur place après ces évènements.

Située à La Génardière


Le Ninian

Contenu en attente de MAJ


Place du Martray

En haut de la place du Martray, devant les maisons, se tenait, sur les hauts trottoirs, un marché couvert tandis qu’en face, à la place de l’actuel hôtel de ville, se trouvaient les halles couvertes. Celles-ci ont existé jusqu’en 1898.

Plusieurs maisons à colombage datent du 16ème siècle. L’une d’entre elle, détruite aujourd’hui, aurait appartenu à la Marquise Madame de Sévigné. Elle aurait reçu cette maison en héritage, à la suite de son mariage avec Henri de Sévigné.

Située en centre bourg


Calvaire et lavoir Saint-Judicaël

Le calvaire en granit de 1885 remémore l’existence de la première église de la Trinité Porhoët, probablement construite en bois, dédiée à Saint Judicaël, roi Breton de 612 à 638.

Cette église fut délaissée dès le 10ème siècle lorsque l’église de la Sainte Trinité fut construite à la demande des Vicomtes du Porhoët. L’église Saint Judicaël, trop petite, fut délaissée et peu à peu abandonnée. Elle tomba en ruine après la révolution et fut démolie peu de temps après.

Situé à proximité du calvaire, sur les bords du Ninian, Le lavoir prend sa source dans les Monts du Mené et se jette dans le canal de l’Oust. De nombreuses lavandières s’y rendaient jadis

Situés dans le bourg

© 2021 Municipalité de La Trinité - Porhoët . Tous droits réservés.